Statistiques

Date de création : 20.12.2006
Dernière mise à jour : 20.11.2014
70849articles


Derniers commentaires Thèmes

actrice amis amour animaux anniversaire annonce automne avignon background belle bienvenue

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· 1976 (11)
· 2012 : sorties en famille (14)
· A MEDITER SANS MODERATION (205)
· A QUEL SAINT SE VOUER ! L.es Saints Patrons (de mai à juillet) (1)
· A QUEL SAINT SE VOUER ! Les Saints Patrons (de janvier à avril) (1)
· A QUEL SAINT SE VOUER ? Les Saints Patrons (d'août à décembre)l) (3)
· A VENDRE : TEXTES POUR CHANSONS (1)
· A..... comme... AMOUR (260)
· Abbaye de Saint Michel de Frigolet (13) (53)
· Abbaye de SENANQUE (84, Vaucluse) (72)
· Abbaye Notre-Dame de Sénanque (21.09.14) (17)
· AGENDA (29)
· AIGUES-MORTES (Gard) (2)
· AIX-EN-PROVENCE (13) (1)
· ALFRED HITCHCOCK (8)
· AMITIES (2) (36)
· AMOUR (chansons) (2)
· AMOUR : Poème écrit par Brigitte CORDONNIER, dédié à Marc, Texte sélectionné par "l' internaute" (2)
· AMOUR DE MARMOTTE (UN) : une rencontre inoubliable ... (1)
· Années 70 (les) : nostalgie ? non... se souvenir tout simplement : OUI (17)
· Apprendre avec bonheur (392)
· ARBRES DE NOTRE FRANCE (16)
· ARDECHE (07, France) (175)
· ARDECHE 2011 (84)
· ARDECHE 2011 : les gorges (18)
· ARDECHE 2013 (9)
· ARDECHE 2014 (20)
· ARDECHE en canoë (été 2011) (8)
· Ardèche en famille août 2013 (4)
· Ardèche en pédalo (31-08-2013) (11)
· Association d'Orange : expo-vente (13)
· ATTENTION DANGER (14)
· AUBAGNE (BOUCHES DU RHONE, FRANCE) (4)
· Aubignan (Vaucluse (2)
· Automne en Provence (7)
· AVEC HUMILITE : MERCI (257)
· AVEC TOUTE NOTRE AMITIE (2)
· Avent 2013 chez nous (23)
· AVIGNON (883)
· AVIGNON (le 31 juillet 2010) (20)
· AVIGNON (Vaucluse) le 16 août 2009 (89)
· AVIGNON 2011 (51)
· AVIGNON : la ville (82)
· Avignon : le Palais des Papes, 09/2012 (2)
· Avignon, marché de Noël 2011 (67)
· AVIGNON... en automne (40)
· B ... comme BONHEUR (18)
· Balade en amoureux à travers la Provence (707)
· Bandit, mon petit Amour (183)
· Baronnies (les) : Pierrelongue (8)
· Baronnies (les). Drôme. (7)
· BAUX DE PROVENCE (Bouches du Rhône) (25)
· BEAUMES-DE-VENISE (84) (5)
· BEDARRIDES (84), le 13 mai 2010 (132)
· BEDARRIDES (Vaucluse) (28)
· BEDOIN (84, Vaucluse) (163)
· BIENVENUE ! (7)
· Bienvenue chez moi : mon appart (40)
· Bienvenue chez nous à ORANGE (2983)
· BIENVENUE EN PROVENCE ! (165)
· Blagues (184)
· Bobby et Bandit (128)
· Bobby et Bandit : les vidéos (198)
· BOBBY, MON AMOUR DE CHAT (518)
· Bollène (84, Vaucluse, France) (36)
· BONNIEUX (Luberon, Vaucluse) (14)
· Bouchet (Drôme) (7)
· Boutiques sympas à Orange (Vaucluse) (221)
· BRAVO ! (211)
· Buis les Baronnies (Drôme) (9)
· BUISSON (Vaucluse) (9)
· ça arrive... (40)
· CABRIERES D'AVIGNON (11)
· CADEAU : SERS-TOI (837)
· Cadeaux reçus 2011 (8)
· Cadeaux réels qui ont beaucoup de valeur pour moi (58)
· CADEROUSSE 2013 (Vaucluse) (4)
· Caderousse 2014 (Vaucluse) (8)
· CAIRANNE (84, Vaucluse) le 21 mars 2009 (42)
· Cairanne (Vaucluse) 2014 (12)
· CAIRANNE 2013 (13)
· Cairanne, l'été (40)
· CAMARET (Vaucluse) (81)
· Camping Beauregard, MORNAS (84, Vaucluse, France) (26)
· CANADA (Hélène, mon Amie du Canada) (1)
· CANADAIRS : SECURITE CIVILE (6)
· Canoë en Ardèche, août 2013 (13)
· CAROMB (Vaucluse) (12)
· CARTE A OFFRIR : la petite espérance (1)
· CARTE A OFFRIR A UN(E) AMI(E) (6)
· CARTE A OFFRIR POUR DIRE "MERCI" (1)
· CARTES A ENVOYER GRATUITEMENT (4)
· CARTES A ENVOYER GRATUITEMENT et immédiatement (2) (6)
· CARTES A ENVOYER GRATUITEMENT et immédiatement simplement en cliquant sur le lien : Mimosa et amandiers en fleurs de PROVENCE vous attendent ! (1)
· Cascades du Sautadet dans le Gard (30) (89)
· Caumont sur Durance (Vaucluse) (89)
· CAVAILLON (Vaucluse) (43)
· Ce que j'AIME (1161)
· Ce que j'aime énormément (74)
· Ce que je n'aime pas !!! (18)
· Champs de lavande en vidéo (14)
· CHANSONS Années 2000 (402)
· CHANSONS Années 60 (211)
· CHANSONS Années 70 (378)
· CHANSONS Années 80 (344)
· CHANSONS Années 90 (136)
· CHANSONS FRANCAISES (6)
· CHANSONS PAR MILLIERS ! (4)
· Chapitre de mon livre : LE SILENCE. Cliquez sur le lien (1)
· CHATEAU BEAUCHENE PIOLENC 2012 (26)
· CHATEAUNEUF DU PAPE (VAUCLUSE) (334)
· CHATEAUNEUF DU PAPE 2011 (37)
· CHATEAUNEUF-DU-PAPE (84) 2014 (17)
· CHATEAUNEUF-DU-PAPE (84, Vaucluse, France) (228)
· Châteauneuf-du-Pape (Vaucluse) 2013 (7)
· CHATEAUNEUF-DU-PAPE , août 2008 (84, Vaucluse, France) (87)
· Chipie et Myhne ! (6)
· Chocolaterie Mathilde à Tulette (Drôme) (15)
· CHOREGIES D'ORANGE (13)
· CHOREGIES ORANGE 2012 (23)
· Citation(s) du jour (48)
· Citations (456)
· Citations (2) (136)
· CITATIONS : EINSTEIN (12)
· CITATIONS : LAO TSEU (10)
· CITATIONS : Thèmes commençant par les lettres A, B, C; (1)
· CITATIONS : Thèmes commençant par les lettres Det E (2)
· CITATIONS : Thèmes commençant par les lettres F,G,H. (1)
· CITATIONS : Thèmes commençant par les lettres I, J, L, M. (1)
· CITATIONS : Thèmes commençant par les lettres O, P, Q. (1)
· CITATIONS : Thèmes commençant par les lettres R, S, V; (1)
· Citations du MAHATMA GANDHI (3)
· Citations humoristiques (7)
· CITATIONS SUR L'AMOUR (17)
· CITATIONS sur la bêtise ! à méditer ! (15)
· CITATIONS sur la conscience (15)
· CITATIONS SUR LE MENSONGE (1)
· CLANSAYES (Drôme) (5)
· CLINIQUE DU PARC (ORANGE 84) (2)
· Cliquez sur le lien : EVASION EN HIVER (1)
· Cliquez sur le lien : LES HAUTES ALPES (1)
· Cliquez sur le lien : REVE DE NEIGE (0)
· Colline Saint Eutrope à ORANGE (2013) (5)
· Confiseries provençales (7)
· CONFUCIUS (4)
· Conseils de beauté (125)
· Constellations (8)
· Coupure presse de notre blog dans VAUCLUSE MATIN. (3)
· Coupure presse VAUCLUSE MATIN (49)
· Coupures presse (25)
· COURTHEZON (Vaucluse) (266)
· CRESTET (84, Vaucluse) (2)
· CRILLON LE BRAVE (Vaucluse) (73)
· Curieuses curiosités !!! (275)
· Customisation (16)
· DAME NATURE (177)
· Dame nature à ORANGE (84, Vaucluse, FRANCE) (1018)
· DAME NATURE en PROVENCE (249)
· DANGER : LE FANATISME (4)
· Dans le Vaucluse (2014) (1)
· DECLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME (LA) (1)
· Dentelles de Montmirail (Vaucluse) (13)
· Département de la Drôme (2)
· Département du Gard (30) (11)
· Détente (22)
· Devoir de mémoire (2)
· Diapos (mes) (6)
· DIJON, FRANCE (4)
· Dimanche... (14)
· DIRE JE T'AIME EN ... (8)
· Divertissement (361)
· Dominique et Marc MONTELIMAR 2014 (4)
· Dossier santé spécial FEMMES (5)
· Drôles de proverbes (2)
· Drôme (2014) (18)
· Drôme (La) (21)
· Drôme : Mérindol les oliviers (16)
· Drôme : Mirabel aux Baronnies (7)
· ECONOMIE (20)
· Elevage del marco (Camaret) (63)
· ENFANTS D'ARAUSIO (LES) (65)
· Enigme(s) (77)
· ENTRAIGUES SUR LA SORGUE (84) (25)
· ENTRECHAUX (84, Vaucluse) (10)
· EPHEMERIDE (336)
· Etang de la Bonde (Luberon) (68)
· ETRE (278)
· EVENEMENT MONDIAL (85)
· évènements en 1953 et "célébrités" nées cette année-là (1)
· évènements en 1958, et "célébrités" nées cette année-là (1)
· EXCELLENTS FILMS DE CINEMA (101)
· EXPOSITIONS (139)
· EYGALIERES (13) (19)
· EYGUIERES (13) (9)
· FAITES EXAMINER VOTRE VUE (2)
· FESTIVITES 2011 dans le Vaucluse (46)
· Festivités à ORANGE et les CHOREGIES (51)
· Flash-back (58)
· FLEURS - ARBRES (431)
· Florent : ses 25 ans ! (6)
· FLORENT : spécial 4 juillet (10)
· FOIRE D'ORANGE 2013 (11)
· FONTAINE DE VAUCLUSE (84) (468)
· FONTAINE DE VAUCLUSE (84, Vaucluse) 4 AVRIL 2009 (138)
· FONTAINE DE VAUCLUSE (septembre 2010) (61)
· FONTAINE DE VAUCLUSE, été 2014 (26)
· FONTAINE-DE-VAUCLUSE automne 2014 (41)
· FRANCE vue par les ARDENNAIS (2)
· FRANCE vue par les BRETONS (1)
· FRANCE vue par les CORSES (1)
· FRANCE vue par les CREUSOIS (1)
· FRANCE vue par les MARSEILLAIS (1)
· FRANCHISE (LA) (1)
· Fruit ou légume : vertus et bienfaits. (84)
· GARD (LE),( 30, France) (304)
· GARD : la chartreuse de Valbonne (4)
· Génial ! (C'est) (63)
· GORDES (84, Vaucluse) (195)
· GORDES (Vaucluse) septembre 2014 (10)
· GORGES DE LA NESQUE (LES) Vaucluse (1)
· GOUDARGUES (Gard) (73)
· GOULT (Vaucluse) (30)
· Grau-du-roi (30, Gard) (9)
· GRIGNAN (26, Drôme) (133)
· Guinguette d'Orange (37)
· Harmas de Mr Fabre,Sérignan-du-Comtat (24)
· HAUT VAUCLUSE (Le) (11)
· HAUTES ALPES (18)
· HORREURS (4)
· Il était une fois à Orange... (47)
· Il y en aura toujours... où que l'on soit (12)
· ISTRES (Bouches du Rhône) (23)
· Je me présente... (106)
· Je vous présente ma petite famille (1538)
· JEAN FERRAT : Antraigues-sur-Volane (122)
· JEAN-CHRISTOPHE (41)
· JEAN-CHRISTOPHE ET SYLVIANE (7)
· JEUX DE MOTS (21)
· Joie d'offrir (119)
· JONQUIERES : fête provençale 2010 (70)
· Jounée de la femme le 8 mars : poème que j'ai écrit (3)
· JOURNEE DE LA FEMME (1)
· Journées du patrimoine 20 et 21 septembre 2008 à ORANGE (84, Vaucluse, France) (46)
· L'alcool : c'est ringard et meurtrier (14)
· L'Amitié (2)
· L'AMOUR (14)
· L'AMOUR DANS TOUS SES ETATS (6)
· L'esprit d'émerveillement (26)
· L'HOMME (2)
· L'île de l'Oiselet (Sorgues) (7)
· L'isle sur la Sorgue (Vaucluse) (20)
· La "connerie" humaine (139)
· LA BAUME DE TRANSIT (26, Drôme) (7)
· La Drôme (115)
· LA FORET DES CEDRES (84) (18)
· LA FORET DES CEDRES (84) (0)
· LA GARDE ADHEMAR (Drôme) (8)
· La langue française (4)
· LA LUNE (1)
· La neige à ORANGE (Vaucluse) (253)
· La Provence (435)
· LA ROQUE SUR CEZE (Gard) (227)
· LA ROQUE SUR CEZE (GARD) (28)
· LA ROQUE-ALRIC (Vaucluse) (13)
· LA VIE (1)
· LA VILLE D'ORANGE (0)
· LACOSTE (Vaucluse, Luberon) (20)
· LAGNES (Vaucluse) (74)
· LAMANON (Bouches du Rhône) (2)
· LAVANDE 2014 (Photos et vidéos) (0)
· Lavande : mes photos et mes vidéos (4)
· Le diabète (7)
· Le droit au RESPECT (4)
· LE MONDE (96)
· Le mont VENTOUX (84 Vaucluse) (149)
· LE MONT VENTOUX (84, Vaucluse, France) (55)
· Le Naturoptère à Sérignan-du-Comtat (13)
· LE PONT D'AVIGNON (84, VAUCLUSE) (133)
· Le théatre antique d'Orange et le musée (259)
· LE TRAVAIL (9)
· LE VAUCLUSE (157)
· Le village des bories à GORDES (122)
· LECON DE MORALE (17)
· Les 32 ans de Jean-Christophe (5)
· Les Baux (Commune de Bédoin) 84 (7)
· LES ENFANTS (9)
· LES FEMMES (21)
· LES PLUS BELLES GARES DE FRANCE (0)
· Les senteurs d'autrefois, l'indéfinissable charme d'antan (22)
· LES VACANCES : Alpes de Haute-Provence (04) (5)
· Lien à cliquer : QUI SOMMES-NOUS ? (3)
· Lien à cliquer pour lire mon poème "TRACES DE VIE" (1)
· Lien vers "MES SAGES" BRIGITTE CORDONNIER (2)
· Lien vers mon site L'AIR DU TEMPS : La tendresse (1)
· Lien vers mon site L'AIR DU TEMPS : musiques (juke box) (1)
· Liens à cliquer : "Bébé au pays des rêves" et "Confidence pour confidence". BRIGITTE CORDONNIER (1)
· LUBERON (Le) Vaucluse (145)
· LUMIERES (84, Vaucluse) (42)
· Ma campagne vauclusienne (27)
· Ma passion pour les chevaux (112)
· Ma passion pour les oiseaux (48)
· Ma passion pour les oliviers (67)
· MAMAN ON T'AIME (3)
· Mandy et Florent (73)
· MANIPULATEURS (1)
· MARC : 60 ans ! (9)
· MARC : les photos qu'il a prises (177)
· Mardi 26 août 2014 (13)
· Mariage en Provence (9)
· Martigues (Bouches du Rhône) (7)
· Martigues - La Couronne (13) (7)
· MAUBEC dans le LUBERON (Vaucluse) (5)
· MAZAN (Vaucluse) (41)
· Méditation (173)
· Méditerranée (2)
· Méditerranée : LA GRANDE MOTTE (34) (8)
· MENERBES (Vaucluse) (13)
· MENTEURS (1)
· Mes créations (648)
· Mes films préférés (9)
· Mes orchidées (98)
· MES PHOTOS PUBLIEES SUR L'INTERNAUTE (68)
· MES POEMES (48)
· Mes séries télévisées préférées (6)
· Mes vidéos : les roses (0)
· Mes vidéos : parade d'un paon (6)
· MESSAGE A DIFFUSER (5)
· Midi en France, vidéos et photos (4)
· Mini video (102)
· Mise au point (53)
· MOMENTS DE VIE (67)
· Mon livre : L'essentiel est merveilleux (23)
· Mon poulet (11)
· MONDRAGON (84, Vaucluse) (74)
· MONIEUX (Vaucluse) (5)
· MONTAGE PHOTOS-CARTES POSTALES ! (1)
· Montages photos créés par moi-même (3)
· MONTAGNE SAINTE VICTOIRE (LA) -13- (20)
· MONTELIMAR (26, DROME) (19)
· Montélimar : le château des Adhémar (27)
· MONTEUX : la fête des gaulois (39)
· Mormoiron (84, Vaucluse) (40)
· Musée de la lavande COUSTELLET (14)
· Musée du nougat Soubeyran MONTELIMAR (17)
· Musée Mémoire Nationale 7 Piolenc (20)
· Musée NATIONALE 7, PIOLENC (0)
· Musique de relaxation (13)
· Musiques classiques (122)
· Musiques de films ou de feuilletons (177)
· Musiques diverses (225)
· NAGUI FAM (poème dédié à) (5)
· NATIONALE 7 (21)
· NENUPHARS (MES PHOTOS) (14)
· NOEL 2010 à AVIGNON (Vaucluse) (90)
· NOEL 2012 (1)
· NOEL 2012 (Vidéos) (5)
· NOEL EN PROVENCE (97)
· Nos vidéos (193)
· Notre décoration Noël 2011 (87)
· Notre Histoire (2)
· Nougat à MONTELIMAR (DROME) (41)
· Nougat de Montélimar (Drôme) (2)
· NYONS (Drôme) (36)
· OBJETS QUE J'AIME (102)
· OEUVRES (97)
· OPPEDE (Vaucluse) (2)
· OPPEDE LE VIEUX (Vaucluse) (1)
· ORANGE (84) : ce n'est pas sympa ! (33)
· ORANGE (la ville d') (2104)
· ORANGE : c'est sympa ça ! (1222)
· ORANGE : journée du patrimoine 2013 (18)
· ORGON (13) (18)
· Parc aquatique vacances 2014 (15)
· PARIS (30)
· PAT ET DOM (38)
· PEDOPHILIE : UNE PREMIERE MONDIALE. INTERPOL lance un appel à témoins par le biais d'INTERNET (5)
· Pensée du jour (1)
· Pensées pour être zen (2)
· PERNES LES FONTAINES (10)
· PERNES LES FONTAINES (84, VAUCLUSE) (125)
· PHILOSOPHE : CONFUCIUS (1)
· PHILOSOPHE : PLATON (1)
· Photo réalisée sans trucage (2)
· PHOTOS (9)
· Photos en cadeaux. (5)
· Photos HAUT VAUCLUSE 2010 (190)
· Photos lavande 2012 (2)
· PIERRELONGUE (Drôme) (6)
· PIOLENC (84 Vaucluse) (867)
· PIOLENC : "Rendez-vous au jardin" (30)
· PLAN DU VAUCLUSE (84, FRANCE) (1)
· PLENITUDE (la) (2)
· POEME : "Liberté" de Paul Eluard (3)
· Poème d'hier, d'aujourd'hui et de demain (7)
· Poème dédié à certaines personnes... parce que je vous AIME (8)
· POEME DEDIE A TOUS LES AMOUREUX ECRIT PAR BRIGITTE CORDONNIER (1)
· POESIES DU JOUR (187)
· PONT D'AVIGNON (2)
· PONT D'AVIGNON , septembre 2012 (0)
· PONT DU GARD (30) (26)
· POUR QUELQUES DEGRES DE PLUS... MARDI 10 OCTOBRE 2051 (1)
· POUR TOI MON AMOUR (48)
· Pour vivre heureux... (216)
· Précieux Présents (9)
· PREVENTION INCENDIES DE FORET (6)
· Prières (15)
· PRINTEMPS DES POETES (25)
· PRIORI TERRE : journée mondiale de la Terre (75)
· Proverbes (76)
· PUYMERAS (Vaucluse) (10)
· Qui sème le vent... (1)
· RASTEAU (84, Vaucluse) (18)
· RASTEAU (84, Vaucluse) le 18 mars 2009 (92)
· Re7:Mon tajine raisin/citrons/olives (6)
· Re7:tiramisu biscuits roses de Reims (7)
· Recette : boeuf braisé (2)
· Recette : Brochettes Yakitori (3)
· Recette : cake au poivron rouge (9)
· Recette : cheesecake au saumon fumé (4)
· Recette : cheesecakes (2)
· Recette : classique mousse au chocolat (6)
· Recette : crème au chocolat sans sucre (1)
· Recette : crème vanille sans sucre (4)
· Recette : crêpes (sucrées et salées) (7)
· Recette : croissant jambon/fromage (2)
· Recette : cupcakes au chocolat (7)
· Recette : filet mignon en croûte (5)
· Recette : friands au bacon (4)
· Recette : galette des rois (frangipane) (19)
· Recette : gâteau de semoule sans sucre (2)
· Recette : gâteau marbré (6)
· Recette : la soupe au potiron (5)
· Recette : léger aux framboises fraîches (0)
· Recette : ma bûche au chocolat (11)
· Recette : ma bûche fleurie (5)
· Recette : ma pissaladière (10)
· Recette : ma pizza de A à Z ! (14)
· Recette : ma quiche lorraine ! (6)
· Recette : ma ratatouille ! (10)
· Recette : ma tarte Tatin (8)
· Recette : mes biscuits au sésame (8)
· Recette : mes bouchées créatives (11)
· Recette : mes délicieuses pomarines ! (9)
· Recette : mes délicieux cupcakes (6)
· Recette : mes délicieux petits sablés ! (5)
· Recette : mes légumes farcis ! (9)
· Recette : mes macarons... Exquis ! (10)
· Recette : mes muffins au chocolat ! (8)
· Recette : mes premiers "cup-cakes" (7)
· Recette : mes samoussas au poulet (6)
· Recette : mes sushis au saumon fumé (9)
· Recette : mes sushis aux crevettes (5)
· Recette : mon caviar d'aubergine (7)
· Recette : mon cheesecake de la mer (5)
· Recette : mon crumble aux pommes (7)
· Recette : mon délicieux tiramisu ! (10)
· Recette : mon fondant au chocolat (2)
· Recette : mon fondant au chocolat... (5)
· Recette : mon pain d'épices... (6)
· Recette : mon tiramisu-framboise (9)
· Recette : mon Tzatziki exquis ! (4)
· Recette : mousse aux deux saumons (7)
· Recette : nos rouleaux de printemps et + (16)
· Recette : notre cheesecake à la vanille (4)
· Recette : notre cheesecake aux fraises (5)
· Recette : notre cheesecake de Pâques (2)
· Recette : pomarines au chèvre chaud ! (7)
· Recette : pommes de terre farcies (10)
· Recette : repas végétarien (8)
· Recette : salade de pâtes (1)
· Recette : simple tourte aux pommes (2)
· Recette : simples rouleaux de printemps (3)
· Recette : tarte au citron meringuée (4)
· Recette : tarte d'automne... (5)
· Recette : tiramisu au coulis de cassis (3)
· Recette : tiramisu SANS SUCRE (7)
· Recette : Tzatziki en tarlette (2)
· Recette d'automne (7)
· Recette en noir et blanc : mûres mûres (2)
· Recette flan magique noix de coco (7)
· Recette ma tarte "light" aux framboises (4)
· Recette tartelettes "light" aux fraises (6)
· Recette.repas chaud pour automne froid (5)
· Recette: tajine de poulet citron/olives (7)
· Recette:feuilles de brick-viande hachée (3)
· Recette:gourmandise glacée vanille/pêche (4)
· Recette:jambon fromage ail-fines herbes (8)
· Recette:tarte au potiron et aux carottes (4)
· Recettes : anniversaire de Florent (17)
· RECETTES DE CUISINE (518)
· Rectte : le printemps dans nos assiettes (3)
· REFLEXIONS (215)
· République française (4)
· RESTAURANT DU LAC (Vaucluse) (1)
· Resto Avignon (4)
· RETRAITE (La) (7)
· RICHERENCHES (Vaucluse) (13)
· ROAIX (Vaucluse) (4)
· ROBION (Vaucluse) (75)
· ROCHEFORT-DU-GARD (30) (12)
· ROCHEGUDE (Drôme) (29)
· ROUSSILLON (84 Vaucluse) (4)
· SABLET (84, Vaucluse) le 21 mars 2009 (28)
· SABLET (Vaucluse) 2011 (6)
· SAGESSE (9)
· SAINT EXUPERY (3)
· Saint Paul les trois châteaux (Drôme) (75)
· SAINT PIERRE DE VASSOLS (Vaucluse) (48)
· SAINT SATURNIN LES APT (Vaucluse) (52)
· SAINTE CECILE LES VIGNES (84, Vaucluse) (386)
· Salon des santonniers à Caderousse 2012 (12)
· SAULT (84, Vaucluse) (7)
· SAUMANE (Vaucluse) (4)
· Sécurité Routière (24)
· SEGURET (Vaucluse) (12)
· Selfies (5)
· Sérignan du Comtat (84 Vaucluse) (168)
· Serignan-du-Comtat 2014 : l'Harmas (17)
· Silence (le) (1)
· Singes philosophes (2)
· Sketches (40)
· SOLIDARITE : TOUS ENSEMBLE (2)
· SORGUES (Vaucluse) 2014 (12)
· SORTIES EN FAMILLE (21)
· Succès 1960 (63)
· Succès 1970 (83)
· Succès années 1990 (59)
· Succès années 2000 (97)
· Succès années 80 (109)
· Succès des années 50 (5)
· SUGGESTIONS (7)
· TELETHON 2009 (20)
· TELETHON 2011 à ORANGE (8)
· TELEVISION (24)
· TENDRESSE (179)
· TERRE (45)
· TEST A FAIRE 2 (15)
· TEST A FAIRE 3 (1)
· TEST A FAIRE 4 (1)
· TEST A FAIRE 5 (1)
· TEST DE L'AMOUR (1)
· TEST DE PERSONNALITE (provenance : LE DALAI LAMA) (1)
· TEST SIMPLE ET TRES RAPIDE... (8)
· TEUFS-TEUFS A PAPY, 2011 (117)
· Théâtre : "Toc Toc" à Bollène (12)
· THOLONET (Le) -13- Ste Victoire (8)
· TOUR DE FRANCE 2011 (38)
· TOUR DE FRANCE 2013 : chez nous ! (20)
· TOUR DE FRANCE : 100 ans ! (0)
· TOUR DE FRANCE : le 100ème ! (19)
· TOURNESOLS 2014 (Photos et vidéos) (20)
· TRADITIONS FRANCAISES (100)
· TRUCS ET ASTUCES (41)
· UCHAUX (84 Vaucluse) (595)
· UCHAUX (84, Vaucluse, France) (9)
· UCHAUX : éclats de talents (29-05-10) (151)
· Un peu de français (38)
· Une gourmandise par jour... (187)
· UNIQUEMENT POUR ADULTES (1)
· VACANCES 2013 : AIX-EN-PROVENCE (6)
· VACANCES 2013 : MARTIGUES (6)
· VACANCES septembre 2013 (31)
· VAISON LA ROMAINE (84, Vaucluse) le 18 mars 2009 (57)
· VAISON LA ROMAINE (Vaucluse) (4)
· VAISON LA ROMAINE, Florent et Mandy (60)
· VAISON-LA-ROMAINE (Vaucluse) 2014 (9)
· VALLON-PONT-D'ARC 2011 (8)
· Vallon-Pont-d'Arc en canoë (2013) (18)
· Vaucluse (84) : l'abbaye de SENANQUE (3)
· VENDANGES 2009 à Sainte Cécile (41)
· Vidéo : la vie intra-utérine ! (10)
· Vidéo : le monde dont je rêve... (2)
· VIDEOS (159)
· Vidéos Flo et Mandy (3)
· VILLEDIEU (Vaucluse) (10)
· VILLENEUVE LEZ AVIGNON en automne (33)
· VILLES DE FRANCE !!! (120)
· Violès (84, Vaucluse, France) (15)
· VIRADES DE L'ESPOIR 2009 (150)
· VIRADES DE L'ESPOIR 2010 (19)
· Virelangues (11)
· Vous êtes en PROVENCE ! (106)

Articles les plus lus

· Poésie du jour :
· sms pour vos amis...
· L'île de la Réunion (France)
· Carte d'anniversaire à offrir !
· Lettre d'une grand-mère à sa petite-fille

· Relooking des politiques : photos avant / après
· POEME pour MES VERITABLES AMIES
· Poésie du jour : Odile (Jean Cocteau)
· HUMOUR NOIR
· Région P.A.C.A (Provence Alpes Côte d'Azur)
· Musique de FORT BOYARD
· Poésie du jour : "L'enfance" Gérard De Nerval
· s'il vous plait, je veux des bisous ! MERCI
· 10 aphrodisiaques naturels et pas chers
· Aujourd'hui, nous sommes le jeudi saint...

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Rechercher

Fruit ou légume : vertus et bienfaits.

Tout sur le... kaki !

Publié le 06/10/2008 à 12:00 par cigalemistralavande
Tout sur le... kaki !
Tout sur le... kaki !

Le kaki, appelé aussi plaquemine, se déguste plus que mûr. A ce stade, il est alors riche en sucres et, avec 66 kcal/100 g, fait ainsi partie des fruits les plus énergétiques, au même titre que la cerise ou le raisin.



Valeurs nutritionnelles pour 100 g :

Protides : 0,7 g
Glucides : 15,3 g
Lipides : 0,2 g
Calories : 66 kcal


Par ailleurs, il renferme une quantité intéressante de vitamine C (7 mg/100 g en moyenne). Il est alors efficace pour faire le plein de tonus. Autre atout, le kaki est très riche en carotènes (provitamine A). L'action de cette substance antioxydante est, en outre, renforcée par la présence d'autres pigments, des lycopènes entre autres (comme dans la tomate). Responsables de sa jolie couleur orangée, ces pigments ont surtout la propriété de protéger le système cardio-vasculaire et de prévenir le développement de certains cancers.

Pour finir, le kaki fournit une quantité importante de minéraux, à commencer par le potassium, à l'effet légèrement diurétique. Associés à la présence intéressante de fibres (2,5 g/100 g), qui stimulent le transit intestinal, ils font de ce fruit un aliment très bon pour l'élimination.


Dégustation :


Choisissez-le très mûr, voire blet, car c'est à ce moment qu'il abandonne son âcreté pour une saveur sucrée. Certaines variétés sont, en effet, chargées de tanins, responsables de cette fameuse sensation astringente qui râpe la langue. Au fur et à mesure de la maturation, les tanins diminuent, tandis que les sucres et les pectines augmentent. Le kaki affiche alors une apparence peu esthétique : sa peau est décolorée et presque translucide et il devient très mou. S'il est ainsi délicieux, il est également fragile. Gare aux manipulations et au transport.

Conservez-le pendant quelques jours dans le bac à légumes du réfrigérateur lorsqu'il est à point, deux jours au maximum s'il est blet. S'il est encore trop ferme, mettez-le dans une corbeille avec des pommes à température ambiante, pour accélérer son mûrissement.

Consommez-le décalotté ou coupé en deux en dégustant sa chair douce, juteuse et sucrée à la petite cuillère. Vous pouvez également le débarrasser de sa peau astringente. Laissez-le alors séjourner quelques heures au réfrigérateur pour faciliter la tache.
En tranches ou en cubes, il s'ajoute aux salades de fruits mais aussi aux salades vertes auxquelles il apporte une note d'originalité. Réduit en purée, le kaki permet de réaliser des sorbets et des mousses ainsi que des compotes épicées. On peut également cuire cette purée quelques minutes à la vapeur, agrémentée, pourquoi pas de vanille, et ainsi la proposer en accompagnement d'un ris de veau ou d'un filet de canard. Essayez d'en napper du fromage blanc, voire du fromage frais, leur mariage est délicieux.
On le prépare aussi en condiment : un chutney, avec de l'oignon, du miel, du thym et du laurier, à servir avec de la volaille ou, comme en Inde, une sauce avec du yaourt, de la menthe et des graines de sésame.
Enfin, sachez que les Japonais le consomme abondamment, lors du Nouvel An notamment. Sous la forme de tempura (beignets légers frits), ils le servent en accompagnement de crevettes.


Histoire :


Le kaki est le fruit du plaqueminier, un arbre originaire de l'Asie, plus précisément de l'est de la Chine. Cultivé au Japon depuis plus de mille ans, il y est devenu le fruit national : on en dénombre pas moins de 800 variétés.

Ce n'est que depuis le 19ème siècle que sa culture est arrivée en Europe. Implanté à Toulon par un ingénieur des constructions navales, le kaki connut rapidement, un grand succès, en Provence. Les variétés du Cannet et de Marseille étant les plus fameuses.

Aujourd'hui encore, le Midi reste la région de prédilection de ce fruit à la peau lisse et fine et à la chair orange vif, qui fait ressemble à une grosse tomate. A l'automne, les plaqueminiers (qui mesurent entre 5 et 10 mètres) continuent, même après la chute des feuilles, de porter ces fruits, pourtant mûrs. Là, ils sont récoltés et viennent égayer les étals des marchés et supermarchés, à côté des noix de coco, goyaves et autres fruits exotiques.


Il existe plus de 2 000 variétés à travers le monde, de celui que l'on nomme également plaquemine ou figue caque, dont les plus courantes sur nos étals sont :
- le kaki d'Europe : rond, lisse et orangé, il se consomme très mûr, sans quoi sa peau se révèle très astringente. Produit en Italie, au Moyen-Orient, aux États-Unis et en Provence bien sûr, il est récolté entre octobre et janvier.
- le Sharon : selon la fermeté de sa chair, il peut se déguster comme une pomme, en le croquant à pleines dents. Doux et sucré, quel que soit son degré de maturité, il est dépourvu de la saveur âpre de celui d'Europe. Il est produit en Israël et au Japon, de septembre à mai.
- le Fuyu : c'est une autre variété, non astringente. Ce fruit aplati à la fine saveur vanillée est très exigeant en chaleur. Il est surtout produit au Japon, en Italie et en Espagne.


photo ci-dessus trouvée sur le net

Tout sur... le maïs !

Publié le 24/07/2008 à 12:00 par cigalemistralavande
Tout sur... le maïs !
Tout sur... le maïs !

Plus proche, de par sa composition, du légume frais que du maïs céréale ou grain, le maïs doux est toutefois plus calorique : 96 kcal/100 g. Notez qu'il a cependant un fort pouvoir rassasiant : une portion de 150 g suffit à satisfaire l'appétit. Son index glycémique est, en plus, assez faible. En d'autres termes, les glucides qu'il fournit seront assimilés progressivement par l'organisme et non pas stockés sous forme de graisses.



Valeurs nutritionnelles pour 100 g
Protides : 3,3 g
Glucides : 18 g
Lipides : 1,2 g
Calories : 96 kcal


Ce bel épi renferme également une excellente quantité de fibres (4 g/100 g), avant tout dans la peau, qui contribuent très efficacement à réveiller en douceur les transits paresseux. Veillez à bien le mastiquer pour assurer sa bonne digestion.

C'est aussi une source très intéressante de vitamines. Son apport en vitamines B, en particulier, est 2 à 3 fois plus élevé que dans le reste des légumes frais. Associé à une teneur importante en magnésium (33 mg/100 g), souvent déficitaire dans notre alimentation quotidienne, le maïs se révèle très bénéfique pour l'équilibre nerveux et musculaire.

Ajoutons à cela que le maïs apporte une grande diversité d'oligo-éléments, du fer et du zinc notamment (0,6 mg/100 g chacun). Enfin, le maïs est certes plus riche en lipides que les légumes verts mais que ceux-ci sont pour la plupart des acides gras essentiels, qui viennent renforcer eux aussi le système nerveux.

Dégustation :


Choisissez-le avec des feuilles vert pâle. Ses grains, rebondis et brillants, doivent être jaune laiteux et de taille uniforme. La pointe de l'épi ne doit pas être déshydratée. On trouve aussi le maïs doux en conserve et surgelé.

Conservez-le jusqu'à une semaine, protégé par ses feuilles, dans le bas du réfrigérateur.

Consommez-le chaud, blanchi une dizaine de minutes à l'eau, à la vapeur ou au micro-ondes, avec ses feuilles. Grillé, nu, une quinzaine de minutes, avec un soupçon de matières grasses, au four à la poêle ou au barbecue, il arbore des teintes joliment dorées.

Place alors à la dégustation. Quoi de meilleur que de croquer à pleines dents dans ce bel épi doré aux grains craquants et juteux, nature ou juste surmonté d'une noisette de beurre ou de crème fraîche ? Peut-être de le faire caraméliser en papillote avec un peu de sucre, et de l'accompagner d'une compotée d'oignons, eux aussi caramélisés. C'est, dans tous les cas, une garniture très appropriée pour les viandes et les volailles rôties.
On peut bien sûr, l'égrener et l'incorporer ainsi dans une salade, avec des poivrons, des tomates, du thon, du jambon... toutes les fantaisies sont autorisées. Miniatures, les épis sont confits dans du vinaigre, à utiliser de la même façon que les cornichons.

Les autres qualités de maïs sont également utilisés dans notre alimentation. Le maïs fourrage est ainsi à la base de semoule (polenta), de fécule (maïzena) et de farine, avec lesquelles on peut réaliser du pain, des pâtisseries, des crêpes, des tortillas... Les corn-flakes de vos petits déjeuners en sont aussi issus. On en tire un amidon qui a fonction de liant et d'épaississant.

Il permet aussi de fabriquer certains alcools tels que le Gin, le Whisky et la bière ainsi que des huiles végétales. Enfin, le maïs grain explosera avec bonheur dans une cocotte résistante nappée d'huile, à feu vif. C'est le fameux pop-corn, véritable emblème américain, à saupoudrer de sel ou à napper de miel ou de caramel.


Histoire :


Probablement vieux de 7 000 ans, le maïs a connu des évolutions profondes depuis sa naissance au Mexique. C'est en 1492 que Christophe Colomb découvre cet épi élégant aux grains dorés et aux allures de blé, en débarquant dans le Nouveau Monde. Deux ans plus tard, il est cultivé en Espagne.
Longtemps restée dans le sud-ouest de la France, en Espagne et en Italie, cette culture a fini par atteindre le reste de l'Europe, puis par faire le tour du monde.


Le maïs, aux grandes qualités d'adaptation climatique, est désormais cultivé sur les 5 continents, où chaque pays suit ses propres méthodes. C'est même la plante la plus cultivée au monde. En effet, elle est non seulement une nourriture incontournable pour les animaux d'élevage mais en plus elle représente la base de l'alimentation humaine, notamment au Mexique et en Afrique centrale. Américains et Européens en sont également de gros consommateurs.

Cette grande plante verte est semée au printemps et fleurit en été. C'est là que se forme l'épi, qui est en fait la fleur femelle. Selon l'utilisation voulue, on le récolte à différents degrés de maturité et d'humidité.

On en distingue trois qualités :

- le maïs grain (35 % d'eau) : il sert essentiellement à l'alimentation animale (les volailles et les porcs). Produit dans le sud-ouest et le Poitou-Charentes avant tout, c'est la seconde céréale française après le blé.

- le maïs fourrage ou céréale (25 à 35 % d'eau) : il est à la base de l'alimentation bovine et produit dans les régions Pays de la Loire et Bretagne.

- le maïs doux (70 % d'eau) : il est récolté entre juillet et octobre, après 90 jours de culture. Destiné à l'alimentation humaine, il est essentiellement produit en Aquitaine et Midi-Pyrénées, à partir de variétés choisies pour la qualité de leurs grains à peau fine et à saveur sucrée. S'il n'est pas destiné à être vendu frais, en épi, il est rapidement conditionné pour la mise en conserve ou la surgélation (le plus gros de la production).
L'amidon de maïs sert, quant à lui, à l'industrie de la papeterie et du plastique biodégradable. Il participe également à la fabrication de médicaments.
Fermenté ou distillé, il produit de l'éthanol, hydrocarbure renouvelable, qui entre dans la composition d'une essence moins polluante. Le maïs sera peut-être le carburant de demain...


Après les États-Unis et la Hongrie, la France est le 3ème producteur mondial. Les deux tiers de cette production sont exportés dans l'Union Européenne, notamment en Allemagne et au Royaume-Uni.


Et aussi...


A savoir : depuis les vents de panique provoqués par les OGM, un règlement européen dit "Nouveaux produits" (Novel Foods) concernant l'étiquetage, a été mis en place. En avril 2004, ce souci de traçabilité, qui se rapportait juste à l'alimentation humaine, s'est vu élargi à l'alimentation animale.
Novel Foods oblige ainsi les produits concernés à porter la mention "produit à partir de maïs (ou soja) génétiquement modifié" ou encore "contient des ingrédients fabriqué à partir de maïs (ou soja) génétiquement modifié". Plus de raison d'avoir peur...

Tout sur ... la framboise !

Publié le 17/07/2008 à 12:00 par cigalemistralavande
Tout sur ... la framboise !
Tout sur ... la framboise !

Délicate, légère et parfumée, la framboise donne de merveilleux desserts estivaux. Sa saison est courte. Aussi, découvrez et profitez sans attendre de tous les bienfaits de ce petit fruit rouge
!

Bienfaits :
Premier atout - non négligeable - la framboise est l'un des fruits les plus faibles en calories : 38 kcal/100 g. Idéale comme dessert léger (sans sucre ajouté !), elle offre, de par sa légère acidité et sa richesse en eau, une sensation rafraîchissante et désaltérante.

La framboise possède par ailleurs l'une des densités minérales les plus élevées pour un fruit frais. Outre sa teneur en potassium très élevée (220 mg/100 g), elle affiche des taux relativement important de calcium, de magnésium, et de fer.


Son apport en vitamine C (25 mg/100 g) est lui aussi tout à fait intéressant puisqu'il parvient un tiers des apports quotidiens recommandés. De plus, grâce à une forte concentration de pigments rouges, riches en vitamine P qui favorise la circulation sanguine, son action est renforcée.

Enfin, la framboise est très laxative. Son abondance en fibres (6,7 mg/100 g) accélère les transits les plus récalcitrants. Pour les intestins fragiles, il est préférable de consommer la framboise en coulis passé au tamis fin. Les petits grains, parfois irritants, laissent ainsi place aux fibres solubles, notamment à la pectine, régulatrice et adoucissante.


Dégustation :
Choisissez-la à point car elle ne mûrit plus après la cueillette. Ne vous fiez pas à la couleur qui se nuance selon les variétés. Elle doit être charnue, ferme et brillante.

Conservez-la dans son emballage, pas plus que deux ou trois jours. Très fragile, sa fraîcheur est éphémère, même à l'abri dans le bac à légumes du réfrigérateur. La sucrer légèrement permet de la garder un peu plus longtemps. Elle supporte, par contre, parfaitement bien la congélation, telle quelle ou en coulis, sucrées ou non. L'eau a tendance à la ramollir, évitez donc de la laver.

Consommez-la tout juste cueillie, à la "croque", c'est un délice. Seule ou en salade, légèrement sucrée, parsemée de menthe, ou accompagnée de fromage blanc, elle constitue un dessert léger et frais, cadrant tout à fait avec un régime minceur.
Parfaite pour les confitures et les gelées, elle entre aussi dans la composition d'entremets, notamment à base de chocolat, et donne des crumbles, des clafoutis et des tartes savoureux. On peut la réduire en jus, en purée et en coulis, à consommer tel quel ou à utiliser pour réaliser une mousse, un soufflé ou un sorbet rafraîchissant. On peut également la préparer en soupe en versant du vin rouge ou du Banyuls chaud sur les framboises, accompagnées d'épices, comme la cannelle ou la badiane, de zestes d'agrumes ou encore de menthe poivrée. Elle est aussi à la base de boissons fermentées, de liqueurs et d'eau-de-vie. Elle aromatise agréablement le vinaigre.


Osez l'originalité : confectionnez une compote à base de framboises, de sucre vergeoise, de vinaigre et ... d'oignons ! Une alliance de saveurs qui ne vous laissera pas indifférent. Vous pouvez également essayer de parsemer quelques-unes de ces baies sur un carpaccio de saumon frais, le tout arrosé d'un filet d'huile d'olive, ou sur un foie de veau rôti. Inoubliable.


Histoire :
La légende veut qu'à l'origine la framboise soit un fruit blanc. La nymphe Ida, fille du roi de Crète et nourrice de Zeus voulait cueillir une framboise pour calmer le chagrin de ce dernier. Elle se piqua le sein aux épines du framboisier et le fruit prit alors une teinte rouge sang.

Plus sérieusement, les framboisiers sauvages sont originaires des zones montagneuses d'Europe. On peut toujours trouver des plants sauvages dans les Alpes, le Massif Central et les Vosges. Le nom "framboise" serait d'ailleurs issu de la déformation du terme "fraise des bois". Le nom scientifique de la framboise est "Rubus idaeus", en référence à la nymphe de la légende. Les premières framboises rouges ont été cultivées à partir du Moyen Âge et leur production s'est démocratisée à partir du 20ème siècle.


La framboise fait partie de la famille des ronces. Habituellement rouge, elle peut également être noir, jaune, orange, ambré ou blanc. La framboise est composée de plusieurs petits grains appelés drupéoles qui contiennent chacun une graine, la drupe. Les framboisiers se partagent en espèces remontantes (qui fructifient deux fois par an, en juin et en septembre) et non remontantes (la pousse s'effectue sur les cannes de l'années précédente).

Cette culture, en pleine terre ou sous abri, est surtout localisée dans le Val-de-Loire, le Limousin, l'Île-de-France et dans toute la région Rhône-Alpes. La récolte s'échelonne de juin à septembre, en fonction des espèces.


A noter que la mûre sauvage fait partie de la même famille que la framboise. Cette ronce appelée "Rubus fruticosus" est considérée comme un fruit rouge malgré sa couleur violacée. Il existe également une mûre cultivée, fruit du mûrier, la "Morus nigra". Cette dernière est plus calorique que sa petite soeur sauvage, 54 kcal/100 g contre 35. Des croisements ont été réalisés entre des mûres et des framboises, donnant notamment naissance à la framboise Loganberry.

Tout sur... la pastèque !

Publié le 10/06/2008 à 12:00 par cigalemistralavande
Tout sur... la pastèque !
Tout sur... la pastèque !

Bienfaits :


Parce qu'elle est juteuse et très peu sucrée, la pastèque désaltère et rafraîchit sans aucun risque pour la ligne : moins calorique que la fraise et la framboise, pourtant si légères, une généreuse tranche de 100 g ne fournit que 30 calories.



Valeurs nutritionnelles pour 100 g

Protides 0,5 g
Glucides 6,5 g
Lipides 0,2 g
Calories 30 kcal


Sa richesse en eau (92 %) lui permet de concentrer une quantité intéressante de minéraux et d'oligo-éléments, à commencer par le potassium (110 mg/100 g). Ainsi, elle participe efficacement à la couverture des besoins essentiels de l'organisme.

Ce gros fruit, vedette de l'été, renferme également un bel éventail de vitamines, en quantité modérée mais non négligeable. Une portion de 200 g parvient, en effet à couvrir 25 % des besoins recommandés en vitamine C. Sa peau épaisse met aussi à l'abri une quantité intéressante de vitamines B ainsi qu'une bonne dose de carotène (provitamine A) aux propriétés antioxydantes.



Dégustation :


Choisissez-la lourde, d'aspect cireux et brillante. Tapotez légèrement son écorce : elle ne doit pas sonner creux. Une tâche jaunâtre sur son écorce est souvent le signe que la pastèque a suffisamment mûri au soleil. Préférez toujours un fruit entier, car la fraîcheur de ceux déjà coupés n'est pas garantie.
Enfin, en voyage dans les pays du Sud, évitez d'acheter les tranches si tentantes vendues sur les trottoirs. Soleil ardent et manque d'hygiène en font De vrais nids à microbes...

Conservez-la quelques jours au réfrigérateur car la chaleur accélère le mûrissement et rend la chair farineuse. Envelopper la partie découverte dans du film alimentaire est la seule précaution à prendre avec ce fruit anti-choc.

Consommez-la en tranches, en croquant dans sa chair à pleines dents . Délicieusement sucré, son jus rafraîchit à tout moment de la journée. La pastèque se glisse également dans une salade ou sur des brochettes de fruits, en cubes, en billes (à l'aide d'une cuillère parisienne). Pensez alors à la débarasser de ses graines, à moins que vous n'ayez choisi une variété sans pépin.
Un peu d'originalité : quelques tours de moulin à poivre transforment cette même tranche en entrée piquante. Sa chair se consomme aussi mixée, pour confectionner un granité, ou avec de l'eau gazeuse et du jus de citron pour concocter une boisson très désaltérante.

Mais la pastèque peut aussi s'incorporer dans des mets salés. Glissée en cubes dans le jus de cuisson des viandes, comme le mouton ou l'agneau, elle donne une étonnante sauce, épaisse, mais surtout dégraissée.
Utilisée comme condiment aux Etats-Unis, elle est, là-bas, confite dans du vinaigre. Elle sert également de base à la fabrication de la bière en Russie.
La pastèque d'hiver, à la chair blanche, est très utilisée quant à elle, pour réaliser des confitures. Son goût peu prononcé mérite d'être accentué par des zestes d'agrumes. Avis aux artistes qui sauront sculpter son écorce vidée en panier pour recevoir salades de fruits et sangrias lors de buffets raffinés.

Enfin, sachez qu'en Israël, on est très friand de ses pépins séchés et salés, que l'on déguste devant la télévision ou à l'heure de l'apéritif.


Histoire :


Originaire d'Afrique et plus précisément de la vallée du Nil, la pastèque est le fruit d'une plante annuelle à tige grimpante. Elle peut peser entre 3 et 5 kilos, ce qui fait d'elle l'un des fruits les plus gros de la famille des cucurbitacées.


Très peu cultivée en France, elle provient avant tout d'Espagne, d'Italie, des Etats-Unis, d'Afrique et de Turquie , où elle est récoltée l'été. Ronde ou ovale, la pastèque a une écorce lisse, d'un vert uniforme ou marbré. On en distingue trois variétés essentielles, selon la couleur de leur chair et de leurs graines :
- Chair rouge et graines noires, ce sont les plus courantes sur les marchés , notamment la Sugar Baby (peau vert foncé et chair très sucrée) et la Charleston (forme allongée et peau marbrée)
- Chair jaune et graines noires ou blanches
- Chair blanche et graines rouges, c'est la pastèque d'hiver ; elle mûrit en novembre et se consomme exclusivement en confiture.

Tout sur... le petit pois !

Publié le 15/05/2008 à 12:00 par cigalemistralavande
Tout sur... le petit pois  !
Tout sur... le petit pois !

Bienfaits


Plus riche en glucides que la plupart des autres légumes, le petit pois est aussi plus énergétique que la moyenne (80 kcal/100 g). Il a cependant un index glycémique très modéré qui lui donne l'avantage de favoriser la satiété et d'éviter les hausses brutales de la glycémie, autrement dit, les petites fringales de l'après-midi.



Valeurs nutritionnelles pour 100 g
Protides 6 g
Glucides 12,3 g
Lipides 0,7 g
Calories 80 kcal


Dans sa cosse, il renferme un taux de protéines végétales élevé. Celles-ci se complètent parfaitement bien avec les protéines céréalières. Consommer des petits pois avec du pain ou en risotto, c'est donc assurer la meilleure utilisation de ces substances par l'organisme.

Par ailleurs, c'est une excellente source de vitamines. Il fournit en effet 2 à 5 fois plus de vitamines B que les autres végétaux, et sa teneur en vitamine C (32 mg/100 g) est importante. Enfin, il est une source intéressante de vitamine E (3 mg/100 g), aux vertus antioxydantes. Le petit pois associé à la carotte, riche en provitamine A, constitue un véritable cocktail jeunesse.

Par ailleurs, le petit pois contribue activement à la reminéralisation de l'organisme, notamment en potassium, phosphore, magnésium et fer. Enfin, gorgé de fibres (6 g/100 g), il est très efficace pour le bon fonctionnement du transit intestinal, en particulier lorsqu'il est jeune et bien frais : il est alors plus tendre et mieux toléré par les intestins fragiles.


Dégustation :


Choisissez-le dans une cosse lisse, verte et brillante. Fuyez celles présentant des tâches, une couleur jaunâtre, ou molles. A l'intérieur, les pois doivent être de petite taille et bien brillants. Goûtez-en un cru : il doit être tendre, avec une légère saveur sucrée, mais surtout pas farineux. Sachant que 500 g de cosses donnent 175 g de petits pois, prévoyez d'en acheter environ 1,5 kg pour quatre personnes.

Conservez-le au maximum 24 heures, dans le bac à légumes du réfrigérateur. Rapidement après la récolte, en effet, les glucides du petit pois se transforment en amidon, ce qui lui fait perdre sa saveur et sa digestibilité. Assurez-vous avant de les utiliser qu'aucune fermentation n'a commencé.

Consommez-le après l'avoir écossé. Un vrai jeu d'enfants (laissez-les faire d'ailleurs), puisqu'il suffit d'entrouvrir la cosse et de faire glisser ces petites graines rondes avec le pouce. Une cuisson rapide, entre 10 et 15 min à la vapeur, permet au pois de garder sa belle couleur verte. Il cuit à peine plus longtemps dans de l'eau bouillante, salée après quoi il a besoin d'être rafraîchi.
La version braisée, au beurre, donne aussi de très bons résultats. On peut y ajouter en cours de route de la laitue, et pourquoi pas des lardons, pour réaliser ainsi une poêlée paysanne. Dans tous les cas, l'ajout d'un morceau de sucre permet de rehausser agréablement son goût. On peut également le parfumer avec de la menthe.

Son duo avec la carotte est plus que réputé, mais essayez aussi de l'associer à d'autres légumes, notamment printaniers, comme des pointes d'asperges, des fèves, des artichauts poivrade... Un autre classique, la jardinière, consiste à le cuire avec des navets, des carottes, des oignons et éventuellement du céleri branche.
Il accompagne idéalement les viandes, en particulier le veau et l'agneau, les volailles, ainsi que les poissons et les crustacés. Il colore aussi parfaitement un risotto ou une salade composée. Mixé, le petit pois se décline à l'infini : en mousse, en consommé, en soupe et potage, ou même en sauce. Osez aussi transformer cette purée en un houmous vert et printanier, pour l'apéritif.

Le pois "mange-tout" - aussi appelé pois gourmand - se déguste intégralement grâce à l'absence de membrane rigide dans sa cosse. Cuit à la vapeur, il s'incorpore volontiers à toutes sortes de salades. Il accompagne à merveille les coquillages, tel que les moules ou les palourdes.


Histoire :


En provenance d'Asie centrale, le petit pois est cultivé dans le bassin méditerranéen depuis l'Antiquité. Avec des allures de pois chiches, il était, à l'époque, réservé à une consommation séchée. Ramené d'Italie par Audiger au 17ème siècle, il connaît un succès immédiat en France. Louis XIV, très friand de ces petites graines rondes et vertes, en exige même la culture en primeur dans ses jardins.

Au fil des siècles, la production du petit pois, basée essentiellement dans le sud du pays, s'est propagée jusqu'au nord et à l'ouest, en passant par la région parisienne (ceux de Saint-Germain et de Clamart jouissaient d'ailleurs d'une très bonne réputation).


Fruit d'une plante buissonnante de la famille des papilionacées, le petit pois est récolté avant sa pleine maturité, entre mai et juillet, majoritairement dans le sud de la France. Les récoltes du nord et de l'ouest, quant à elles, sont davantage consacrées à la mise en conserve ou en bocal et à la surgélation.

On en distingue deux variétés essentielles :
- les précoces ou "lisses"
- les "ridés", plus gros et plus sucrés.

Tout sur... la rhubarbe !

Publié le 29/04/2008 à 12:00 par cigalemistralavande
Tout sur... la rhubarbe  !
Tout sur... la rhubarbe !

Bienfaits :

La rhubarbe a l'avantage d'être très peu calorique (15 kcal/100 g), mais son acidité étant très prononcée, on a tendance à la préparer avec beaucoup de sucre. Essayez donc d'avoir la main légère.


Valeurs nutritionnelles pour 100 g
Protides : 0,6 g
Glucides : 1 g
Lipides : 0,1 g
Calories : 15 kcal


Elle est, en outre, très laxative grâce à sa richesse en fibres ; en particulier en compote, elle parvient à réveiller tout en douceur les transits les plus paresseux. Elle mérite donc d'être plus fréquente au menu d'autant que son apport en minéraux est très important, notamment en potassium et en phosphore. Elle apporte aussi une quantité intéressante de magnésium et de calcium.

Bien pourvue en vitamine C (12 mg/100 g), elle a de ce fait des propriétés toniques et antianémiques. Dans l'armoire à pharmacie, elle a par ailleurs sa juste place en tant qu'anti-inflammatoire pour les muqueuses buccales. La substance que sécrète sa racine est, elle, appréciée pour son action antiseptique sur les problèmes de foie.


Dégustation :

Choisissez-la avec un pétiole épais, bien ferme et plein, dépourvu de tâches et de flétrissures. Il doit être bien vert avec des bordures rosées. Ses extrémités doivent être fraîchement coupées. Brisez la tige : la cassure est nette et la sève s'écoule.

Conservez-la dans le bac à légumes de votre réfrigérateur, pas plus de quelques jours car elle devient rapidement molle. Par contre, elle se congèle très bien. Il suffit pour cela de la laver, de l'essuyer, de la couper en tronçons à glisser dans un sac de congélation. Il est inutile de la peler, sauf si elle s'avère très dure et filandreuse.

Consommez-la cuite, c'est ainsi qu'on la connaît le mieux. En compote, en confiture, elle se prête également à la préparation de chutneys. Elle fait aussi d'excellentes tartes, meringuées comme en Belgique, ou garnies d'un appareil crémeux version alsacienne. Crumbles, crèmes et mousses, tous les desserts lui vont bien, qu'elle soit seule ou en duo avec la fraise ou avec la pomme.
Vous n'avez plus de citron à la maison, qui rehausse si bien son goût? Qu'à cela ne tienne ! Cherchez dans votre placard, vous avez forcément une des épices qui lui sied à ravir : vanille, cannelle, gingembre, badiane, graines de fenouil...

Crue aussi, la rhubarbe est excellente. Coupée en tronçon, trempez-la dans du sucre, voire même dans du sel. Il ne faut pas oublier en effet que les botanistes la classent dans les légumes, et qu'elle est délicieuse consommée comme tel.

Elle est cousine avec l'oseille, alors servez-vous de cette ressemblance et osez la lui substituer. Les plats de viandes (volaille et canard) et de poissons se trouvent sublimés, accompagnés de ses tronçons tout simplement revenus dans un peu d'huile.
Son utilisation salée est réputée par delà les frontières. Omniprésente dans la gastronomie britannique, on la retrouve aussi en Pologne, dans une préparation à base de pommes de terre, en Afghanistan avec des épinards, en Iran dans un ragoût d'agneau…

La rhubarbe est également à la base de boissons rafraîchissantes et de sorbets. Elle est aussi consommée en thé et fournit un vin fruité. En Italie, elle sert à préparer une liqueur très appréciée, le Rabarbaro Zucca, réputée autrefois pour ses bienfaits sur le foie.


Histoire :

Plante vivace de la famille des polygonacées, mesurant jusqu'à un mètre de hauteur, la rhubarbe est originaire d'Asie. Les Chinois et les Russes ("Rha" en russe signifie rivière Volga) l'utilisent depuis près de 5 000 ans pour ses propriétés curatives. Elle n'a franchi les frontières européennes qu'au 18ème siècle, les Anglais furent les premiers à oser se servir dans leur cuisine de cette belle plante d'ornement. Officiellement classée parmi les fruits par la Direction des Douanes de New York en 1947 à cause de son utilisation sucrée, elle n'en demeure pas moins légume dans les livres de botaniques.


Seules ses tiges (appelées pétioles) sont comestibles, ses feuilles sont, elles, très riche en acide oxalique, une substance très toxique qui peut être mortelle.

On distingue plusieurs variétés, selon leur couleur, le goût restant sensiblement le même :
- les plus ou moins vertes, comme la Victoria
- les rougeâtres, la Canada Red ou la Macdonald par exemple.

Elle est cultivée partout en France, notamment en Picardie et en Alsace, où elle est récoltée d'avril à juillet. L'hiver, elle nous arrive tout droit des Pays-Bas. La Grande-Bretagne en produit des variétés très subtiles.

Tout sur... le salsifis !

Publié le 28/04/2008 à 12:00 par cigalemistralavande
Tout sur... le salsifis  !
Tout sur... le salsifis !

Bienfaits :
Légume racine, comme la carotte ou la betterave, le salsifis affiche un apport calorique moyen : 30 kcal/100 g. Il peut être consommé sans danger pour la ligne, surtout si vous remplacez le beurre d'assaisonnement par de la crème fraîche, plus légère et tout aussi délicieuse.


Valeurs nutritionnelles pour 100 g
Protides : 1,4 g
Glucides : 5 g
Lipides : 0,4 g
Calories : 30 kcal


Le salsifis renferme une quantité intéressante de vitamines du groupe B, peu fréquentes dans l'alimentation quotidienne. Elles sont importantes dans le bon développement du système neuromusculaire. Il contient aussi de la vitamine E, aux propriétés antioxydantes : une portion de 150 g suffit à en couvrir 40 % des apports quotidiens recommandés.

Par ailleurs, sa densité minérale est très satisfaisante. Très riche en potassium (320 mg/100 g), qui lui confère des vertus diurétiques, il renferme également une très forte teneur en calcium ainsi qu'en magnésium, essentiel à l'équilibre neuromusculaire. Et, plus notable encore, le salsifis fournit une belle quantité de manganèse. Ce nutriment rare participe à la formation du cartilage osseux et au métabolisme du cholestérol.

Enfin, cette petite racine est gorgée de fibres (4 g/100 g) qui activent le transit intestinal tout en douceur, puisque la plupart sont des pectines, bien tolérées par le système digestif.



Dégustation :


Choisissez-le bien ferme, c'est un gage de fraîcheur. Préférez-le plutôt fin car cela signifie qu'il est plus jeune, et donc plus tendre. Trop gros, il sera creux au centre et fibreux. Sachez que les salsifis noirs possèdent une chair moins fibreuse et plus charnue que les variétés jaunes. Prenez aussi en compte, lors de l'achat, le fait que l'épluchage fait perdre 40 % du poids total des légumes.

Conservez-le quelques jours dans le bac à légumes du réfrigérateur, enveloppé dans un papier absorbant. Pelez les salsifis avec des gants car ils noircissent les mains et plongez-les ensuite rapidement dans l'eau. Égouttez-les et coupez-les en tronçons de 5 à 6 cm de longueur, avant de les blanchir. Fastidieux à peler et longs à cuire, ne vous laissez pas décourager : vous pouvez les acheter en conserve, ou mieux encore, surgelés.

Consommez-le froid, coupé en tronçons, accompagné d'une sauce légère (crème fraîche aux herbes par exemple). Il se déguste aussi nappé de mayonnaise. Les olives noires, le jambon cru et les anchois se marient assez bien avec son goût fin et sucré, rappelant l'artichaut.

Chaud, cuit en cocotte dans du jus de viande dégraissé, il constitue une garniture parfaite pour les viandes blanches, notamment le veau et l'agneau ainsi que les poissons blancs. On peut aussi le faire sauter à la poêle et l'assaisonner d'une persillade. Ou encore le laisser cuire à l'étuvée, dans un mélange d'ail et d'oignons revenus et, pourquoi pas, de tomates et de champignons. Il peut être glacé, comme la carotte ou les oignons grelots.
Il se prépare également en gratin, recouvert de fromage et/ou de béchamel. Blanchis, les salsifis sont délicieux incorporés à des soupes et des ragoûts. Ils permettent aussi de réaliser des beignets délicieux, trempés dans une pâte à frire. Enfin, ce petit légume racine aime les produits de luxe : les truffes et le safran sont deux de ses meilleures alliances.


Histoire :


Les Grecs consommaient déjà ce légume racine sous le nom de "barbe-de-bouc". Olivier de Serres, surintendant général des Jardins de France sous Henri IV, fut le premier à recommander sa culture dans son ouvrage, Théâtre de l’agriculture, au 16ème siècle.


Il faut distinguer le vrai salsifis de la scorsonère, une racine à peau noire (en italien, scorza nera signifie écorce noire). Ces deux plantes ont le même aspect. De plus, on les cultive de la même façon et on les destine aux mêmes fins. Elles possèdent toutes les deux une racine comestible de forme allongée et assez charnue, mais se différencient par la couleur de leur peau.
Le vrai salsifis, à peau jaune, a pratiquement disparu des étals au profit de ce fameux salsifis noir, moins fibreux et plus savoureux. Ce légume racine plutôt méconnu possède une saveur douce et sucrée comparable à celle de l'asperge ou de l'artichaut. Sa chair est de couleur brun crème.
Il existe aussi un salsifis sauvage, auquel on a donné le nom grec "barbe-de-bouc". Il pousse spontanément dans les prés humides. Ses feuilles sont comestibles, et les jeunes pousses notamment, délicieuses, font penser à l'endive.

On cultive les salsifis et les scorsonères dans les terrains sableux du nord de la Picardie et du Loiret. Ces racines, très rustiques, aiment les sols profonds, frais et humides. La Belgique et les Pays-Bas en sont ainsi les principaux producteurs européens. On récolte le salsifis pendant l'hiver. Très peu consommé frais, il connaît plus de succès en conserve et en surgelé même si dans l'ensemble, il reste très peu fréquent dans nos assiettes.

Tout sur... la noix de coco !

Publié le 27/04/2008 à 12:00 par cigalemistralavande
Tout sur... la noix de coco !
Tout sur... la noix de coco !

Bienfaits :

Contrairement à la plupart des fruits frais, la noix de coco est très riche. Ainsi, elle affiche un apport calorique assez élevé : 353 kcal/100 g. Ainsi, elle constitue une très bonne source d'énergie et transforme les préparations où elle se glisse en véritables "coup de fouet". Sachez cependant que son eau est bien plus légère (23 kcal/100 g) et permet d'aromatiser les plats à moindre coût calorique.


Valeurs nutritionnelles pour 100 g
Protides : 3,4 g
Glucides : 5,9 g
Lipides : 35,1 g
Calories : 353 kcal


La noix de coco apporte une très grande diversité de minéraux et d'oligo-éléments, à commencer par le potassium (380 mg/100 g), mais aussi le phosphore, magnésium, fer, cuivre, zinc... Elle permet donc de faire le plein de tous ces nutriments, essentiels au bon fonctionnement des cellules, qui manquent souvent à notre alimentation quotidienne. Elle renferme par contre peu de vitamine C, mais reste un bon fournisseur de vitamines B, importantes pour la bonne assimilation de l'énergie.

Enfin, la noix de coco est riche en fibres (9,5 g/100 g) d'excellente qualité et d'autant mieux tolérées que la pulpe est la plupart du temps consommée mixée. Avec elle, les problèmes de transit ne sont plus qu'un mauvais souvenir...


Dégustation :

Choisissez-la lourde et bien pleine, sans fêlures. Ses yeux doivent être intacts et surtout pas moisis.

Conservez-la entière jusqu'à deux mois à température ambiante. Par contre, une fois ouverte, sa pulpe s'oxyde vite et doit absolument être mise à l'abri dans de l'eau fraîche. Malgré tout, vous ne pourrez guère la garder plus de 24 heures, au réfrigérateur. Râpée enfin, elle reste disponible pendant plusieurs mois, protégée dans un récipient hermétique.

Consommez-la après avoir procédé à sa périlleuse ouverture. Tout devrait bien se passer si vous suivez cette technique : percez deux de ses yeux (à l'aide d'un tire-bouchon par exemple). Videz son eau. Filtrez celle-ci avant de la réserver pour une utilisation ultérieure. Ensuite, placez la noix dans un four chaud pendant une diaine de minutes. Là elle devrait s'ouvrir en deux. Cela vous évitera ainsi d'avoir à utiliser un marteau, voire une hachette comme le font les Créoles. Il faudra ensuite prendre soin de la rincer avant de détacher sa chair à l'aide d'un couteau pointu.

Bien qu'elle soit délicieuse à croquer, fraîche, c'est une fois râpée qu'elle est le plus couramment utilisée. Ainsi, elle se glisse dans les plats de viandes et de poissons, notamment dans les currys de poulet ou de boeuf.
C'est d'ailleurs un ingrédient phare des cuisines indienne, indonésienne, africaine et sud-américaine. De quoi apporter une touche d'exotisme à vos repas. Parsemez-la également sur des salades à base de fruits de mer et crustacés car leur mariage est divin.

Dans les desserts, elle est aussi parfaite. Entremets au chocolat, à la banane... elle se glisse dans toutes les pâtisseries mais aussi dans les biscuits. Elle se parsème aussi sur des crêpes ou des gaufres nappées de chocolat fondu, ou encore sur des coupes de glaces.
Elle permet de fabriquer des petits rochers fondants et gourmands, les congolais, tout simplement mélangée à du sucre et du blanc d'oeuf. C'est la touche d'originalité à apporter aux préparations classiques : pensez à en incorporer une poignée dans une compote de pommes, et celle-ci n'aura plus rien à voir !

Pour finir, la pulpe de la noix de coco se transforme aussi en confiture ainsi qu'en glace ou en sorbet rafraîchissant, celui-là même pour lequel vous craquez toujours au restaurant japonais, si parfumé et tellement bien présenté dans sa coque...

L'eau de coco, quant à elle, est une délicieuse boisson désaltérante. Cela dit, elle peut servir en cuisine et notamment se substituer à l'eau de pochage d'un poisson, qui s'aromatisera délicatement de son goût. De même, faites-y cuire le riz ou encore, utilisez-la comme marinade pour les viandes et les poissons.

Par ailleurs, ne confondez pas eau et lait de coco. Le second n'est pas naturel. Il est réalisé à partir de la pulpe mixée et pressée avec de l'eau bouillante. Quant à la crème de coco, c'est du lait bouillant qui remplace l'eau. C'est avec ce lait ou cette crème que l'on peut réaliser de savoureux cocktails softs, ou alcoolisés comme la fameuse piña colada.


Histoire :

Fruit exotique de la famille des palmacées, la noix de coco est originaire de Malaisie. Elle est considérée par les hindous comme la forme la plus pure d'offrande aux dieux. Ne possède-t-elle pas en effet trois yeux, les deux yeux physiques de l'homme et son troisième oeil, symbole de la conscience ?
Découverte par Marco Polo au début du 14ème siècle, ce n'est que 200 ans plus tard que le monde occidental finit par la connaître. Elle emprunte son nom à l'italien cocho qui signifie coque.


Le cocotier, qui pousse en bordure de plages, porte des grappes de drupes vert pâle. A l'intérieur de celles-ci, on trouve 5 à 6 noix de coco (ou coprah), à différents stades de maturité. Ce sont donc de véritables régimes de 10 à 20 fruits qui se trouvent sous l'aisselle de ces grands arbres de 40 mètres de hauteur. Mûres, elles tombent au sol.
Chaque noix, qui pèse en moyenne 1 à 1,5 kg (voire plus !), est constituée d'une première écorce fibreuse et brune, appelée épicarpe. Ces fibres résistantes et imputrescibles sont d'ailleurs utilisées dans les pays producteurs pour confectionner des cordages, des tapis... Sous celle-ci se cache une coque brune très dure, appelée endocarpe. C'est à l'intérieur de ses parois que se trouve la pulpe comestible de la noix de coco, qui porte le nom d'albumen. Et à l'intérieur de la cavité, enfin, repose la fameuse eau de coco, un liquide clair et trouble.

Produite principalement en Côte d'Ivoire, en République Dominicaine, mais aussi à Ceylan, au Kenya et aux Philippines, elle est disponible tout au long de l'année sur les étals des marchés bien qu'elle soit plus abondante en automne et hiver.


A noter : c'est de sa pulpe séchée que l'on extrait la fameuse huile de coprah, utilisée notamment pour la fabrication de margarine mais aussi beaucoup en cosmétique.

Tout sur... le céleri !

Publié le 25/04/2008 à 12:00 par cigalemistralavande
Tout sur... le céleri  !
Tout sur... le céleri !

Bienfaits :
Jusqu'à la Renaissance, le céleri était employé non pas comme une plante potagère, mais comme une plante médicinale, pour ses vertus diurétiques et son action stimulante sur le système nerveux. A tout cela s'ajoutaient les nombreuses propriétés (notamment aphrodisiaques) que lui prêtaient les croyances populaires.


Valeurs nutritionnelles pour 100 g
Protides : 1,5 g
Glucides : 2,4 g
Lipides : 0,3 g
Calories : 18 kcal


Avec seulement 18 kcal/100 g, le céleri fait partie des légumes frais les moins énergétiques (au même niveau que l'aubergine ou les épinards). Il a donc toute sa place dans la "cuisine minceur" quand il est consommé cuit, à la vapeur ou à l'eau, ou cru avec une vinaigrette légère (et surtout pas "en rémoulade", c'est-à-dire râpé et assaisonné d'une mayonnaise à la moutarde additionnée de câpres, de cornichons et de fines herbes).

Le céleri est riche en fibres, idéales pour accélérer le transit intestinal et lutter contre la constipation. A savoir, les fibres sont mieux tolérées lorsque le céleri est finement râpé ou lorsqu'il est consommé cuit.

Autre atout, il est riche en minéraux (5 g/100 g) et notamment en potassium. Une alimentation riche en potassium possède des effets bénéfiques reconnus pour la santé cardio-vasculaire. Enfin, le céleri fournit des oligo-éléments rares, comme le sélénium, le molybdène ou le chrome.


Dégustation :

Le céleri-branche
Provenant de la Loire, du Sud-ouest et des Pyrénées-orientales, le céleri-branche est disponible sur le marché de fin juin à février. En dehors de cette période, il est importé d'Espagne, d'Italie et de Belgique. Il a un feuillage vert et ses côtes blanches et charnues doivent être brillantes et cassantes quand elles sont bien fraîches, avec un pied assez lourd.

Frais, il se conserve plusieurs jours en laissant tremper la base des tiges dans de l'eau froide et salée. On le trouve aussi en conserve (cœur de céleri et tronçons pour garniture, au naturel) et il se prête bien à la congélation. On en consomme les côtes crues ou cuites et on utilise les feuilles séchées pour relever salades, potages et sauces courts-bouillon.

Pour le préparer : éliminer les grosses côtes dures de l'extérieur, les branches vertes et les feuilles ; tailler la base en pivot et raccourcir les côtes d'une vingtaine de centimètres.
Pour le consommer : cru, détacher les côtes les une des autres, les laver et éliminer les filandres. Les côtes crues se mangent alors à la croque au sel ou en salade. Cuit, laver les pieds raccourcis à l'eau fraîche en écartant les côtes, éliminer les filandres des côtes extérieures, blanchir à l'eau salée bouillante pendant 10 minutes. Egoutter, saler et lier les côtes en petites bottes.
Les cœurs de céleri braisés accompagnent les viandes grasses, les rôtis, le poulet. On peut le cuisiner à la béchamel, en gratin, en purée. Il entre dans la composition de soupes et de sauces.


Le céleri-rave
Cultivé dans le Nord et la région parisienne, le céleri-rave est disponible de la mi-septembre à la fin avril, et il est le meilleur en automne. Le reste de l'année, il est importé de Hollande et Belgique. Vendu dans ses feuilles, sa racine à chair blanche doit former une boule ferme et lourde (entre 800 g et 1 kg), qui ne sonne pas creux.

Frais, il se conserve enveloppé dans un linge humide 3-4 jours dans le bac à légumes du réfrigérateur. Non pelé, il se garde quelques jours de plus. On le trouve également en conserve, râpé ou aromatisé au vinaigre, voire en pickles.

On le consomme cru (prévoir 150 g par personne) ou cuit (en prévoir le double).

Pour le préparer : le peler comme une pomme de terre, le rincer et le citronner. Pour le consommer cuit, le couper en morceaux, le blanchir 5 minutes à l'eau bouillante salée. Cuit en tranches à la vapeur, il conserve tout son parfum. Il s'utilise aussi comme garniture, en purée ou potage.


Le sel de céleri, tiré du céleri rave séché et pulvérisé, sert surtout à relever le jus de tomate, les crèmes de légumes et les sauces de salade. Il est également employé dans les régimes sans sel.

Histoire :
Originaire de la région méditerranéenne, le céleri est une plante potagère dont on consomme les côtes et les feuilles (céleri-branche), la racine et les graines (céleri-rave).

Le céleri est issue par sélection d'une plante appelé ache des marais qui jouait chez les Anciens un rôle à la fois gastronomique (accommoder les soupes et les poissons) et thérapeutiques (réanimer une personne par son odeur). Ses graines sont un aromate au goût voisin du fenouil.

La sélection a permis d'obtenir deux variétés de céleri : le céleri-branche (dont on a développé les pétioles, entre les tiges et les feuilles) et le céleri-rave (dont on a hypertrophié la racine).

Longtemps limité à un rôle de condiment, le céleri a peu à peu pris place dans notre cuisine en tant que légume à part entière. Mais ce n'est qu'au XIXème siècle que, perfectionné en Allemagne, il devint un légume courant de nos tables.


Tout sur... la framboise !

Publié le 24/04/2008 à 12:00 par cigalemistralavande
Tout sur... la framboise  !
Tout sur... la framboise !

Bienfaits :

Premier atout - non négligeable - la framboise est l'un des fruits les plus faibles en calories : 38 kcal/100 g. Idéale comme dessert léger (sans sucre ajouté !), elle offre, de par sa légère acidité et sa richesse en eau, une sensation rafraîchissante et désaltérante.

La framboise possède par ailleurs l'une des densités minérales les plus élevées pour un fruit frais. Outre sa teneur en potassium très élevée (220 mg/100 g), elle affiche des taux relativement important de calcium, de magnésium, et de fer.


Valeurs nutritionnelles pour 100 g
Protides : 1,2 g
Glucides : 6 g
Lipides : 0,4 g
Calories : 38 kcal


Son apport en vitamine C (25 mg/100 g) est lui aussi tout à fait intéressant puisqu'il parvient un tiers des apports quotidiens recommandés. De plus, grâce à une forte concentration de pigments rouges, riches en vitamine P qui favorise la circulation sanguine, son action est renforcée.

Enfin, la framboise est très laxative. Son abondance en fibres (6,7 mg/100 g) accélère les transits les plus récalcitrants. Pour les intestins fragiles, il est préférable de consommer la framboise en coulis passé au tamis fin. Les petits grains, parfois irritants, laissent ainsi place aux fibres solubles, notamment à la pectine, régulatrice et adoucissante.



Dégustation :


Choisissez-la à point car elle ne mûrit plus après la cueillette. Ne vous fiez pas à la couleur qui se nuance selon les variétés. Elle doit être charnue, ferme et brillante.

Conservez-la dans son emballage, pas plus que deux ou trois jours. Très fragile, sa fraîcheur est éphémère, même à l'abri dans le bac à légumes du réfrigérateur. La sucrer légèrement permet de la garder un peu plus longtemps. Elle supporte, par contre, parfaitement bien la congélation, telle quelle ou en coulis, sucrées ou non. L'eau a tendance à la ramollir, évitez donc de la laver.

Consommez-la tout juste cueillie, à la "croque", c'est un délice. Seule ou en salade, légèrement sucrée, parsemée de menthe, ou accompagnée de fromage blanc, elle constitue un dessert léger et frais, cadrant tout à fait avec un régime minceur.
Parfaite pour les confitures et les gelées, elle entre aussi dans la composition d'entremets, notamment à base de chocolat, et donne des crumbles, des clafoutis et des tartes savoureux. On peut la réduire en jus, en purée et en coulis, à consommer tel quel ou à utiliser pour réaliser une mousse, un soufflé ou un sorbet rafraîchissant. On peut également la préparer en soupe en versant du vin rouge ou du Banyuls chaud sur les framboises, accompagnées d'épices, comme la cannelle ou la badiane, de zestes d'agrumes ou encore de menthe poivrée. Elle est aussi à la base de boissons fermentées, de liqueurs et d'eau-de-vie. Elle aromatise agréablement le vinaigre.

Osez l'originalité : confectionnez une compote à base de framboises, de sucre vergeoise, de vinaigre et ... d'oignons ! Une alliance de saveurs qui ne vous laissera pas indifférent. Vous pouvez également essayer de parsemer quelques-unes de ces baies sur un carpaccio de saumon frais, le tout arrosé d'un filet d'huile d'olive, ou sur un foie de veau rôti. Inoubliable.


Histoire :


La légende veut qu'à l'origine la framboise soit un fruit blanc. La nymphe Ida, fille du roi de Crète et nourrice de Zeus voulait cueillir une framboise pour calmer le chagrin de ce dernier. Elle se piqua le sein aux épines du framboisier et le fruit prit alors une teinte rouge sang.

Plus sérieusement, les framboisiers sauvages sont originaires des zones montagneuses d'Europe. On peut toujours trouver des plants sauvages dans les Alpes, le Massif Central et les Vosges. Le nom "framboise" serait d'ailleurs issu de la déformation du terme "fraise des bois". Le nom scientifique de la framboise est "Rubus idaeus", en référence à la nymphe de la légende. Les premières framboises rouges ont été cultivées à partir du Moyen Âge et leur production s'est démocratisée à partir du 20ème siècle.


La framboise fait partie de la famille des ronces. Habituellement rouge, elle peut également être noir, jaune, orange, ambré ou blanc. La framboise est composée de plusieurs petits grains appelés drupéoles qui contiennent chacun une graine, la drupe. Les framboisiers se partagent en espèces remontantes (qui fructifient deux fois par an, en juin et en septembre) et non remontantes (la pousse s'effectue sur les cannes de l'années précédente).

Cette culture, en pleine terre ou sous abri, est surtout localisée dans le Val-de-Loire, le Limousin, l'Île-de-France et dans toute la région Rhône-Alpes. La récolte s'échelonne de juin à septembre, en fonction des espèces.


A noter que la mûre sauvage fait partie de la même famille que la framboise. Cette ronce appelée "Rubus fruticosus" est considérée comme un fruit rouge malgré sa couleur violacée. Il existe également une mûre cultivée, fruit du mûrier, la "Morus nigra". Cette dernière est plus calorique que sa petite soeur sauvage, 54 kcal/100 g contre 35. Des croisements ont été réalisés entre des mûres et des framboises, donnant notamment naissance à la framboise Loganberry.


DERNIERS ARTICLES :
Bonne journée avec cette chanson que j'adore
    Bonne journée avec...       (Photo que j'ai prise chez moi, ce matin, alors que le soleil brillait...)       ...Cette chanson que j'adore :  
Aujourd'hui, à la maison...
    Aujourd'hui, à la maison...                                                                                  
Aujourd'hui, à la maison...
    Aujourd'hui, à la maison...                                                                                                                  
Bandit s'éclate sur la plage arrière de la voiture...
    Bandit s'éclate sur la plage arrière de la voiture...                    
Bandit adore être avec nous en voiture...
  Bandit adore être avec nous en voiture... Et ça se voit !                    
forum